socle

société, confiance & liberté

En ce temps où une grande incertitude sanitaire vient s’ajouter à une société déjà fragilisée, chacun s’accorde à reconnaître qu’il faut « recréer du lien social ». Plus que jamais, la valeur de confiance chère à notre réseau, est indispensable. C’est dans ce contexte que nous avons voulu créer la lettre SOCLE. En interrogeant des experts venant de tous les horizons, nous souhaitons mener une réflexion de fond sur le rôle de la confiance, en tant que socle de nos sociétés humaines.

Recevoir chaque mois SOCLE dans ma boite mail

Retrouvez les éditions précédentes de SOCLE

- entretien N°6

Philippe Bilger : « La confiance dans la justice passe par la responsabilité des magistrats »

« Avoir confiance dans la justice de son pays ». Cette formule a-t-elle encore un sens à l’époque des tribunaux médiatiques qui vous encensent ou vous inculpent comme hier les « jugements de cour » chers à M. de La Fontaine ? La question est d’autant plus légitime que s’il est une institution qui, plus que toute autre, ne devrait pas souffrir la défiance, c’est bien l’institution judiciaire. Et spécialement la justice pénale, qui garantit nos libertés et sanctionne l’atteinte aux personnes comme aux biens. Pour y répondre, nul n’était mieux indiqué que le célèbre avocat général Philippe Bilger. Car ce magistrat, qui a requis dans le cadre des procès les plus retentissants des vingt dernières années, est d’abord un homme de culture – donc de nuances – qui ne cesse de réfléchir sur les moyens de réconcilier les citoyens avec ceux qui – ne l’oublions jamais – rendent la justice en leur nom.


- entretien N°5

Hedwige Chevrillon : « L’information, ce sont d’abord des journalistes qui construisent une relation de confiance avec leurs téléspectateurs »

Intervieweuse vedette de BFM Business et éditorialiste de BFM TV, animatrice de L’Heure H, du lundi au jeudi, de12 h à 13 h sur BFM Business, Hedwige Chevrillon n’est pas seulement une journaliste de premier plan. Diplômée du MBA de HEC, familière du monde économique et de ses principaux acteurs, elle réfléchit, au-delà de la crise de confiance que connaissent les médias, sur celle qui traverse la société tout entière. D’où l’intérêt de l’entretien qu’elle a bien voulu accorder à Socle en un temps où l’on confond trop souvent information et opinion, journalisme et communication, débat légitime et invective. Vecteurs irremplaçables de la liberté critique, les réseaux sociaux, plaide-t-elle, ne seront jamais les égaux de la presse pour deux motifs clés : l’anonymat qui y règne trop souvent et, partant, l’opacité de leurs sources.


- entretien N°4

Frédéric Mazzella : « La confiance, voilà le moteur de l’économie numérique »

Comment avoir confiance en quelqu’un que l’on n’a jamais rencontré ? Ce défi, inatteignable sans les formidables ressources de l’économie digitale, Frédéric Mazzella et les équipes de BlaBlaCar, leader mondial du covoiturage, le relèvent chaque jour. Grâce aux instruments qu’ils ont créés mais aussi grâce à une vision qui rejoint largement celle de GensDeConfiance : la confiance ne tombe pas du ciel, mais est la conséquence de choix bien précis.

En exclusivité pour Socle, Frédéric Mazzella revient sur cette expérience hors normes et sur la réussite de BlaBlaCar, qu’utilisent aujourd’hui plus de 90 millions de personnes dans le monde. Une solution qui permet d’économiser chaque année 1,6 million de tonnes de CO2. L’équivalent des émissions rejetées par les transports parisiens !


- entretien N°3

Général Vincent Desportes : « On ne relie les hommes que par la confiance »

Après un politologue (Jérôme Fourquet) et un sociologue (Michel Maffesoli), Socle donne ce mois-ci la parole à un militaire qui allie une solide expérience de pédagogue à sa longue pratique du commandement, y compris à l’international (attaché militaire près l’ambassade de France à Washington de 2000 à 2003).

Ancien directeur de l’École de Guerre, le général Desportes se partage en effet depuis plusieurs années entre la réflexion stratégique, l’enseignement de haut niveau (Sciences Po Paris, HEC) et le conseil en entreprise. Derrière cet engagement, une conviction nourrie à l’épreuve des faits : l’armée, dont la cohésion s’obtient d’abord par la confiance, a beaucoup de choses à apprendre à la société civile en ces temps de défiance généralisée.


- entretien N°2

Michel Maffesoli : « J’ai confiance dans le retour de la confiance ! »

Professeur émérite de sociologie à la Sorbonne, explorateur de l’imaginaire reconnu internationalement, Michel Maffesoli consacre depuis plus d’un demi-siècle ses travaux à l’interaction entre idées et mutations des sociétés. Ignorer ce jeu subtil, c’est, selon lui, ne pas comprendre les évolutions réelles – politiques, économiques, culturelles, sociales… – à l’œuvre dans notre quotidien, où s’efface le rationnel au profit de l’émotionnel. En vérité, c’est cet imaginaire qui sculpte subrepticement notre réalité. Aussi l’individualisme se voit-il battu en brèche par le retour des tribus, fondées sur des passions communes, dont Michel Maffesoli fut le premier à annoncer le retour dans notre postmodernité. Or ces tribus, qui fleurissent à l’ère du numérique – et plus encore à l’heure du confinement ! –, fonctionnent sur un moteur-clé : la confiance.


- entretien N°1

Jérome Fourquet : La crise sanitaire remet au premier plan les valeurs de partage et de solidarité

La société française sortira-t-elle changée de l’épreuve du Coronavirus ? Quelles leçons peut-on déjà tirer de la séquence ouverte le 16 mars dernier par la décision d’appliquer aux Français les règles de confinement strict inaugurées en Chine puis en Italie ?

Analyste éprouvé de l’opinion, le directeur des études de l’IFOP, Jérôme Fourquet, n’est pas un sondeur comme les autres. C’est aussi un géographe passionné d’histoire des mentalités, ce qui en fait l’une des personnalités les mieux qualifiées pour cadrer le sujet. Dans le sillage de son dernier livre, L’archipel français, naissance d’une nation multiple et divisée (Seuil, 2019) qui s’est imposé, en quelques mois, au cœur du débat d’idées, il évalue pour nous l’impact de la crise que nous traversons sur la valeur-confiance.